Shadow Complex

Alors qu’on attendait de découvrir durant l’E3 le prochain blockbuster d’Epic Games, c’est un titre de la gamme Xbox Live Arcade  du nom de Shadow Complex qui pointe le bout de son nez. Avec son style old school inspiré de Castlevania et Metroid , le titre de Chair Entertainment est loin d’un Gears of War. Pourtant un fois en main, c’est une véritable surprise de voir le travail de fond qui a été fait. On parle de nouvelle génération de titres téléchargeables et en effet un cap a bien été franchi.

L’arbre qui cache la forêt…Même si ce n’est pas le premier argument mis en avant pour la promotion du titre, il faut savoir que Shadow Complex repose sur un univers issu d’une œuvre littéraire. Il s’inscrit dans la dilogie d’Orson Scott Card, intitulé Empire, entre le premier tome et le second à venir.  On y parle d’une milice secrète se faisant appeler Restauration qui fomente une guerre civile aux Etats-Unis dans le seul but de prendre le pouvoir. Quant à l’adaptation vidéoludique, il reprend quelques éléments du premier volume, notamment la première scène du jeu avec la mort du Vice-président à Washington, mais il sert surtout à introduire de nouvelles données. Loin de tout tumulte, on incarne Jason Fleming, un ancien soldat qui part faire de la spéléologie avec sa petite amie Claire. Or, notre héros va vite découvrir que cette grotte cache en fait un complexe militaire lorsque sa copine se fait capturer. Durant sa tentative de sauvetage, Jason rencontrera le groupe Restauration et découvrira leur plan qui consiste donc à déclencher une seconde guerre civile américaine. Le seul reproche qu’on puisse faire à se scénario hollywoodien est que, malgré quelques références à Empire, la narration est trop isolée et on ne comprend pas vraiment les enjeux qui se cachent derrière cette aventure.

Malgré tout, cela ne nous empêche pas du tout de prendre du plaisir dans ce jeu de d’action au scrolling horizontal. Il est difficile, la première fois que l’on voit la structure de ce réseau de galeries que l’on devra explorer, de ne pas penser à Metroïd. Se faufiler, découvrir de nouvelles zones par le biais d’ordinateurs, des allers retours incessants, tout nous rappelle l’épopée de Samus Aran. Pourtant le personnage de Jason et la réalisation des environnements sont tels qu’on s’attache rapidement à ce qu’on nous propose. Soutenu par l’Unreal Engine 3, les décors et la modélisation des personnages sont très réussis. De plus on a droit à un véritable festival d’effets à chaque explosion ou  impact de balles et cela sans aucun ralentissement. S’il fallait faire une critique on pourrait peut être parler du manque de variété dans les ennemis au niveau de leur force de frappe. En effet, si les miliciens ne sont pas là pour faire un défilé de mode, on aurait aimé qu’ils soient plus forts au fur et à mesure qu’on avance.

Un Metroïd-Like nouvelle génération…L’ingéniosité du titre est d’avoir su allier le système de progression du jeu phare de Nintendo et le gameplay des jeux d’action d’aujourd’hui. Tout comme la femme en armure, il faudra aller dans diverses zones en passant des portes et autres obstacles. Cependant, il arrivera que certains accès restent fermés ou inaccessibles et il faudra posséder l’équipement requis. Ici il s’agira de récupérer différents éléments d’armure et des armes. Cette armure permettra de sauter plus haut, d’être plus résistant et même de courir sur l’eau. En ce qui concerne les armes, il en existe deux catégories, les armes à feu et les explosifs. Toutes deux permettront de détruire des éléments qui barreront la route, détectables grâce à une lampe de poche.

Cependant, si on ne détient pas ce qu’il faut pour avancer, il existera souvent un chemin détourné sous la forme de conduite d’aération ou de galerie d’eau. Pourtant au bout d’un certain temps la répétitivité se fait sentir, notamment par l’absence de missions secondaires. Afin de compenser, le joueur pourra lui-même tracer son propre itinéraire afin de varier les plaisirs pour se rendre vers les objectifs de la mission principale. De même qu’il sera possible de faire un détour pour aller chercher des containers d’améliorations de vie, de défense et de réserves d’explosifs dans des salles secrètes. Enfin, ceux qui continuent de s’ennuyer pourront s’essayer à faire augmenter leur niveau. Jason gagnera de l’expérience à chaque fois qu’il tuera des ennemis ou en exécutant divers mouvements, tel qu’escalader, détruire des éléments ou plonger.

Outre les phases de plate-formes, celles de tir tiennent aussi une grande place. Leur originalité est, qu’en plus de tuer les ennemis venant de face, il faudra aussi compter sur ceux se déplaçant sur d’autres plans. Au fil de l’aventure, on obtiendra diverses armes à feu les unes plus puissantes que les autres. Bénéficiant d’un magasin illimité, cela contrebalance très bien avec une visée un peu capricieuse. Si celle-ci est automatique, elle connaît quelques faiblesses dans certains angles de tir et il faudra utiliser le stick analogique droit pour orienter son arme. Ce manque de précision ne pose pas vraiment de problème tant que les adversaires ne sont pas très malins. C’est le cas jusqu’au niveau normal dans lequel la témérité paye et il faut compter cinq heures pour  boucler le jeu. Les as de la gâchette préféreront se frotter au deux niveaux de difficulté supérieure. Là il faudra se creuser les méninges pour ne pas mourir criblé de balles face à des opposants devenus de véritables sniper, faisant ainsi grimper la durée de vie. Toutes les techniques écourtant l’affrontement telles qu’assommer, tirer à la tête ou utiliser les éléments des décors, seront nécessaires pour éviter de tout recommencer. Pourtant il ne faudra pas hésiter à sauvegarder dans les salles de ravitaillement.

Pour conclure, Shadow Complex est un très bon titre qu’on n’attendait pas. L’origine de ses qualités tient sûrement qu’il a été réalisé comme un blockbuster et qu’il a donc bénéficié des soins de circonstance.  Grâce à une très belle réalisation et un background consistant, on se laisse immerger dans cet univers. De plus il a réussi à reprendre les ingrédients nécessaires pour offrir un Metroïd-like au gameplay orginal sans pour autant être un copier-coller de son maître à penser.

Laisser un com