Serious Sam

Dans le monde impitoyable du fps qui voit les titres se faire fragger à tour de rôle, la série des Serious Sam avait su faire son trou. Après un second épisode paru en 2005, les studios Croteam étaient passés sous silence radio tandis que les fans attendent une troisième aventure de Sam. Afin de faire patienter les plus sensibles de la gâchette, une cure de jouvence est offerte au premier volet pour un Serious Sam HD : First Encounter. Outre les PCistes, les possesseurs de Xbox Live peuvent prendre via le XBLA, une séance de shoot old-school et nerveux.

Un héros qui ne se prend pas trop au sérieuxDerrière les balles, les explosions et les gerbes de sangs, le fps cache une véritable histoire, certes des plus basiques mais qui a le mérite d’exister. La Terre a établi un premier contact avec des races extraterrestres mais elle n’était pas préparée technologiquement à une quelconque hostilité venue de l’espace. Alors que la race humaine est acculée par l’ennemi, Sam est envoyé dans le passé en Egypte pour récupérer un artefact relevant d’une technologie inconnue mais qui pourrait sauver leur présent. Bien sûr, une fois le décor planté, la narration passe à quelques lignes d’introduction entre les treize niveaux.

Egypte, les environnements traversés se résumeront à des temples, des pyramides, des étendues désertiques et des oasis. Ces différents lieux ont le bénéfice d’être variés, alternant les couloirs et les vastes enceintes en passant par des phases sous-marines. Graphiquement, la petite cure de haute définition lui a bien réussi et il en sort plutôt bien en rajoutant quelques effets ici et là et des petits éléments destructibles. Bien entendu, le moteur graphique Serious Engine 3 ne permet pas d’en mettre plein là vue mais il n’enlève pas l’esprit old school qui s’en dégage. Le bestiaire qui ne compte pas plus d’une dizaine d’ennemi est kitsch à souhait avec de gigantesques cerveaux sur patte ou encore des hommes au corps de scorpion. Outre leur aspect, ces monstres ont du répondant.
Une véritable mission suicideLe premier constat que l’on peut faire, c’est que la dose de fun qui en ressort est immédiate grâce à un gameplay instinctif et une difficulté aux petits oignons. La maniabilité relève de ces fps qui ne permettent que de tirer et sauter, et il est vrai que cela donne des sensations qu’on avait perdu. Impossible de se baisser, de se couvrir, de viser, non, c’est un style à l’ancienne bien bourrin comme on n’en voit plus. Hélas ce type de jouabilité se destine clairement à un clavier et une souris. Pour compenser, plus d’une dizaine d’armes sont disponibles comptabilisant les classiques pistolets, fusil à pompe et des joujoux plus loufoques comme le canon portatif.
Tout cet armement sera plus que nécessaire pour venir à bout de la marée d’ennemis qu’il faudra affronter. Pendant tout le jeu, la notion de surnombre reste omniprésente et atteint parfois des quantités exponentielles. Les moments de répits sont rares et derrière chaque accalmie se cache toujours un nouvel assaut. Heureusement que la progression peut être déterminée par les différents niveaux de difficultés mais il faut savoir que jouer en normal ne sera pas à la portée de tous. Enfin notons que 16 joueurs peuvent se rejoindre en ligne pour une coopération mais faute de personne présente, on n’a pu l’essayer.
En conclusion Serious Sam est un titre qui nous replonge dans ces fps il fallait se défaire de ses ennemis tout en sautant et en esquivant. Plongeant le joueur dans une action intense, on en perd la notion du temps tant on est concentré. Malgré tout, ce petit côté gameplay poussif et son aspect kitsch rebutera ceux qui affectionnent les titres plus contemporains.
Les + : Le côté old-school – Des ennemis en pagaille – Des niveaux variés
Les – : Trop difficile à un certain niveau – Une maniabilité inadaptée.

Laisser un com