Banjo Tooie

Après nous avoir offert les premières aventures des compères Banjo et Kazooie, Rare remet le couvert en proposant au téléchargement le second opus, sorti à l’époque sur Nintendo 64. Banjo Tooie heurte donc les portes du marché Xbox Live et se laisse jouer contre 1200 MsPoints. Un jeu de cet acabit, ça ne se manque pas, voyons ensemble pourquoi tout de suite.

Message in a Bottles…Resituons un peu les faits pour les non-connaisseurs de la franchise. Banjo, ours de son état et Kazooie, oiseau bavard, sont inséparables, et pour cause ils sont bien plus forts ensemble et réussiront dans le premier épisode de la série à vaincre la sorcière Gruntilda dont les maléfiques desseins étaient de s’approprier la beauté de la soeur de Banjo. Cette fois, la vieille peau refait surface (littéralement parlant), la peau sur les os, et provoque le décès de Bottles, le conseiller de nos deux amis, grâce à un sort magique. Squelettique, l’anti-beauté, rejointe par ses deux affreuses soeurs, a pour projet de drainer l’énergie du monde pour retrouver son corps grassouillet, au détriment des habitants et de la faune et de la flore. Héros dans l’âme, Banjo et Kazooie vont repartir sur ses traces pour l’empêcher de mettre à exécution ses menaces et bien évidemment pour tenter de sauver leur instructeur mort au combat, un jeu de cartes à la main.

Certes le scénario est un peu convenu, mais c’est sans compter sur l’humour omniprésent du jeu qui apporte une tout autre dimension au plaisir de jeu. Les personnages hilarants et attachants y sont certainement pour beaucoup. Ainsi, dans ce second volet, vous ferez la connaissance notamment avec la famille de Bottles et découvrirez de nouvelles têtes, comme Humba Wumba, une jolie indienne chamane qui fera de la concurrence à Mumbo Jumbo, relégué ici à une simple aide appréciable. En effet, si vous désirez utiliser les services de ce dernier, contrairement à Banjo et Kazooie, il ne vous transformera pas mais sera contrôlable pour que vous puissiez activer certains socles spéciaux, nécessaires à votre progression. Pour cela, il vous faudra récupérer, non plus des crânes mais des wigwams, sortes de petites bestioles colorées sautillantes et toutes mignonnes.

Le renouveau de la série…Le fonctionnement du soft reste identique en gros, vous devrez récolter diverses pièces de puzzles disséminées dans les différents niveaux proposés afin de compléter des tableaux de puzzles et débloquer de nouveaux mondes pour continuer votre quête et déjouer les plans de Gruntilda. Malgré cela, quelques différences notoires sont à noter. Par exemple, si la recherche des jinjos est toujours au programme, vous devrez retrouver tous les membres d’une famille de couleur pour obtenir votre récompense, et pourrez les visiter au village jinjo. De même, les tableaux de puzzle se trouvent désormais centralisés dans un temple d’or, vous saurez donc directement où aller pour trouver les mondes en visualisant la cinématique d’ouverture après avoir résolu un casse-tête. Nouveauté majeure de cet opus, vous pourrez jouer un vue FPS dans certaines zones, Kazooie en guise d’arme sous le bras, bien sympathique et très maniable. Enfin, un mouvement, que vous aurez appris auprès de votre sergent instructeur en la personne du frère de Bottles, vous permettra de séparer les deux compères et d’accéder à certaines zones uniquement accessibles à l’un ou l’autre. Notons également l’apparition d’un mode multijoueur qui vous permettra de vous affronter sur 14 mini-jeux différents, ce qui ravira certains d’entre vous.

Niveau gameplay, le titre est toujours aussi réussi et maniable, incluant donc de nouveaux mouvements facilement assimilables qui vous permettront de venir à bout de la multitude d’ennemis vous barrant le passage. Passons vite fait sur le côté son du titre qui est tout bonnement excellent – avec ses musiques sublimes et entraînantes, et les bruitages caractéristiques des personnages – et ne semble pas avoir pris une ride encore aujourd’hui, contrairement aux graphismes qui font forcément pâle figure mis à côté des productions actuelles. Et les gars de chez Rare ont mis le paquet pour contenter les joueurs puisqu’il faudra compter sur plusieurs dizaines d’heures de jeu pour terminer le soft. Un pur bonheur pour un si petit prix.

Que dire de plus sur ce titre désormais connu et reconnu de la Nintendo 64, si ce n’est que si vous appréciez les bons petits jeux de plate-forme et l’humour décapant de Rare, vous pouvez foncer sans hésiter dépenser vos 1200 MsPoints. Doté d’une bande-son hors-norme, d’un humour certain et d’un gameplay bien pensé, le titre peut également se targuer de disposer d’une durée de vie plus que conséquente qui ravira les joueurs adeptes du genre.

Laisser un com